1. F1. Comment améliorer la sécurite? dans ma commune

désécSe sentir en sécurité en ville, pouvoir s’y promener en toute quiétude, de jour comme de nuit, est un élément essentiel pour une meilleure qualité de vie. Mais ce droit à la paix civile et à la sécurité, qui est un droit humain fondamental, ne doit pas servir de prétexte à bafouer d’autres droits.
Dans les milieux gagnés par la peur de la délinquance ou du terrorisme, les droits de l’Homme sont, en effet, parfois dénoncés comme un luxe que l’on ne peut pas se permettre ou comme une entrave à l’efficacité des forces de sécurité. L’insécurité urbaine – ou le sentiment d’insécurité – et les menaces terroristes offrent des arguments à ceux qui proposent pour les combattre de réduire les garanties individuelles, d’appliquer une “politique de la main dure”, ou d’accroître la surveillance publique aux dépens de la vie privée.

Il n’y a pourtant pas de contradiction entre le respect des droits humains et la volonté d’assurer la sécurité des citoyens. Si la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), en son article 3, établit que «tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne», elle proclame avec la même force que la reconnaissance du droit à la sécurité ne peut conduire à la violation ou à la mise entre parenthèses d’autres droits humains. L’article 30 de la DUDH affirme, en effet, «qu’aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant (…) un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés».
En d’autres termes, les politiques dites “ sécuritaires ”, qu’elles soient adoptées par un Etat ou des autorités locales, ne peuvent porter atteinte aux droits fondamentaux. Toute restriction doit être établie par la loi, limitée dans le temps, user de moyens légaux et poursuivre un but précis et légitime de protection de l’Etat et de la société. Comme pour toute autre dérogation à l’application des libertés fondamentales.
Dès lors, le défi pour les autorités locales est de veiller en même temps à protéger la sécurité des citoyens et à respecter les autres droits fondamentaux de chacun. Comme le disait Benjamin Franklin, « un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ».


De nombreuses initiatives ont été prises aux niveaux local, national et international, pour accroître la sécurité urbaine.
| | | Next → |