4. F3. Le quartier vert de Messitert (Aubel) Ou comment s’unir pour améliorer son cadre de vie et protéger l’environnement

Situé sur les flancs de la vallée de la Berwinne, dans la commune d’Aubel, à quelques kilomètres de Liège, Maastricht et Aix-la-Chapelle, le quartier de Messitert s’étend sur une centaine d’hectares et compte environ 200 habitants pour quelque 80 maisons.
Début 2010, les Messiterriens ont participé à « Tous au vert », un concours organisé par Lampiris et RTL/TVI. Résultat ? Sur près de 500 inscrits, ils ont obtenu une très honorable troisième place. «Notre projet consistait à doter le quartier d’un “ parcours énergétique ”, nous expliquent Benoît Dorthu et Manu Verbrugghen, deux habitants très impliqués dans la vie communautaire de l’entité[[Interviewés par téléphone le 14 octobre 2010.]].
«Il s’agissait d’installer des panneaux pédagogiques sur les chemins pour sensibiliser les promeneurs à la préservation de l’environnement et leur expliquer comment réduire leur impact écologique.», poursuivent-ils.
Aujourd’hui, c’est chose faite: 10 panneaux ont fleuri le long des routes. Ils traitent de l’épuration des eaux, de l’énergie solaire, de l’isolation des maisons, des économies d’eau, de la consommation de produits locaux, etc.
Outre l’explication claire de ces thématiques, chacun mentionne quelques trucs et astuces tout simples pour économiser l’eau, l’électricité, l’essence ou pour produire moins de déchets : achetez des produits en vrac ; placez des chasses d’eau à deux débits ; isolez les tuyaux de chauffage dans les pièces non utilisées ; diminuez d’un degré votre thermostat ; optez pour une conduite “éconologique” (économique et écologique)…
Mais les Messiterriens ne se contentent pas de donner des conseils : toutes les actions, grandes et petites (pas seulement les trucs et astuces !) suggérées sur les panneaux ont concrètement été réalisées par les habitants : maison passive, systèmes divers d’isolation et de chauffage (pompes à chaleur, puits canadien, triple vitrage, panneaux solaires thermiques et photovoltaïques), citerne d’eau de pluie, épuration des eaux par lagunage, compost, potager, formation à la bio-gastronomie, transport en vélo vers l’école quand il fait beau…. Un foisonnement d’initiatives vertes !
«La région est très belle et fréquentée par de nombreux promeneurs, Ces panneaux, qui proposent des actions concrètes, les pousseront peut-être à s’interroger sur ce qu’ils pourraient faire eux aussi pour réduire leur empreinte écologique et protéger l’environnement», espèrent nos deux interlocuteurs.

Les racines de Messitert

En matière de démarches communautaires, les habitants du quartier (simplement organisés en association de fait) n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils ont déjà été lauréats de la Fondation Roi Baudouin, en 2008, pour un projet intitulé « Les racines de Messitert ».
Les deux actions proposées – un livre et un verger – sont aujourd’hui réalisées. En une série de portraits et de témoignages, le livre brosse le passé de Messitert. Les anciens y racontent leurs souvenirs, où se mêlent la grande et les petites histoires: la guerre, la libération, l’arrivée de l’eau dans le village, des anecdotes quotidiennes et savoureuses … «La démarche consistait à rencontrer des personnes qui habitent le quartier, depuis longtemps parfois, à recueillir leurs souvenirs, puis à les consigner dans un ouvrage, afin de sauvegarder la mémoire collective du terroir», commentent Manu et Benoît.
Un historien, Thomas Lambiet, a apporté sa pierre de savoir à l’édifice, en rédigeant un chapitre de l’ouvrage.
On y trouve également des portraits et récits de vie des habitants d’aujourd’hui, la découverte de la balade de la Berwinne et quelques recettes de jus de pomme ou de cidre. Résultat ? Un livre superbe, agrémenté de magnifiques photos (portraits, paysages, maisons, croix…). Paru en décembre 2009, il s’est vendu à près d’un millier d’exemplaires et est aujourd’hui quasi épuisé, preuve de l’engouement qu’il suscite !
Quant au verger, il se construit de manière évolutive. Les premières plantations ont été réalisées à l’automne 2008. Une trentaine d’habitants se sont réunis pour planter une vingtaine de fruitiers hautes tiges. Chacun des arbres a été parrainé par plusieurs enfants, qui ont inscrit le nom de la variété plantée et leur propre nom sur une étiquette, ensuite accrochée à l’arbre. Une belle journée qui s’est clôturée par un barbecue festif.
La commune les a constamment soutenus dans leur démarche. D’abord en leur attribuant un terrain pour le verger communautaire, ensuite en le préparant pour les plantations, enfin en assurant au jour J la présence du spécialiste des espaces verts de la commune et … du bourgmestre lui-même.
«A la fin du XIX e siècle, la région regorgeait de fruitiers hautes tiges, explique Benoît Dorthu. Mais au début des années 1970, il y a eu surproduction de fruits en Europe et les propriétaires de vergers ont reçu des primes très attractives pour arracher certains arbres précis, comme les hautes tiges, parce que la récolte est plus coûteuse que sur des arbres à moyennes et basses tiges.»
Combinée à l’urbanisation, cette mesure a fait disparaître 90% des fruitiers hautes tiges : c’est dire son impact catastrophique sur la biodiversité, le paysage et l’identité même du terroir ! Les habitants de Messitert ont voulu retrouver les variétés historiques (notamment certaines variétés de pommiers produisant des fruits très riches en pectine, donc parfaits pour le sirop !), et ont travaillé en collaboration avec des spécialistes de la région et le Centre wallon de recherches agronomiques de Gembloux.
Entre les automnes 2008 et 2010, une centaine d’arbres environ (pommiers, cerisiers, pruniers, pêchers) ont été plantés, dans le verger communautaire et sur des terrains privés. « Il s’agit pour la plupart de variétés anciennement présentes dans le pays d’Aubel, mais aujourd’hui devenues rares, voire carrément oubliées. » Ces arbres complètent les 200 arbres fruitiers hautes tiges recensés à Messitert avant le lancement du projet.

La convivialité, cœur des projets

Dans le quartier, ce ne sont pas les projets qui manquent : les habitants viennent d’introduire un nouveau dossier auprès de la Fondation roi Baudouin pour créer un espace de convivialité, sorte de place villageoise, doté de bancs et d’un barbecue, juste à côté du verger, où toutes les générations pourront se retrouver. «Beaucoup d’entre nous travaillent à Liège, Verviers ou ailleurs et il est important d’entretenir la vie communautaire pour éviter de devenir une cité dortoir.» Ils n’ont d’ailleurs pas attendu ce terrain pour organiser dîners de quartiers, souper boulette, fêtes d’halloween ou de Saint Nicolas, qui réunissent de trente à cinquante personnes en moyenne, avec des pics à 150 participants, selon nos deux témoins. Ils participent aussi annuellement à la Fête pop d’Aubel, où chaque quartier construit un char, en essayant d’impliquer les jeunes ado’ dans sa réalisation.
Autre problème qui leur tient à cœur: la sécurité routière. «Il y a beaucoup de chemins avec peu de visibilité dans le quartier et les automobilistes ont tendance à rouler trop vite. On voudrait attirer leur attention de manière créative, par des banderoles ou des petits personnages, pour leur rappeler que nos enfants jouent au détour des chemins
Last but not least, dès que la production fruitière de leur verger sera suffisante, ils souhaiteraient réaliser jus et sirops ensemble.
«Les différents projets ne sont finalement que des prétextes pour faire des choses de manière collective et soigner la convivialité, concluent nos deux interlocuteurs. Notre objectif reste toujours le même : nous rencontrer autour d’un projet fédérateur, destiné à améliorer l’environnement et à développer la vie du quartier.»

Sources & pour en savoir plus

Le quartier de Messitert
On y trouve la présentation des différentes projets (verger, livre sur la mémoire du village, parcours écologique, fêtes communautaires…), les articles de presse consacrés à ces actions, des photos de toutes les manifestations, l’agenda de l’entité…
Vidéo réalisée par la télévision locale Télévesdre sur le projet « Les racines de Messitert », sur You Tube
Le projet « Les racines de Messitert » a été introduit dans le cadre de l’appel « Quartier de vie », lancé par la Fondation Roi Baudouin. http://aubel.blogs.sudinfo.be/archive/2013/01/04/remise-du-prix-a-messitert.html, http://aubel.blogs.sudinfo.be/archive/2012/11/30/messitert-a-gagne.html, http://aubel.blogs.sudinfo.be/archive/2012/11/06/messitert-a-besoin-de-vous.html

 

Personnes de contact

Benoît Dorthu 00 32 495 29 03 27
Manu Verbrugghen au 00 32 494 07 16 16
Marc Stassen au 00 32 495 30 63 66

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*